Les démarches pour la création d’une société offshore sont assez simples. Le plus difficile est souvent de faire le premier pas. Le projet peut paraître complexe quand on songe aux formalités administratives à suivre, aux critères de constitution, aux étapes pour l’ouverture d’un compte bancaire ou encore à la meilleure façon de gérer les activités.

Cependant, si de nombreux investisseurs et entrepreneurs ont réussi à tirer les meilleurs avantages de cette technique d’optimisation fiscale, c’est qu’elle est vraiment applicable. Voici quelques points importants à prendre en considération.

Quel pays choisir pour sa société offshore ?

Bien qu’on ait l’habitude de les désigner globalement par l’expression « paradis fiscaux « , les pays où l’on peut s’implanter en tant que société offshore présentent des systèmes distincts. Le choix dépendra bien sûr du projet, du chiffre d’affaire estimé et du secteur d’activité des investisseurs et entrepreneurs.
Cependant, dans tous les cas, le choix de destination demeure une étape essentielle. Ainsi, pour ceux qui prévoient de pénétrer le marché européen, le mieux serait par exemple de privilégier des pays comme la Bulgarie ou Chypre. La structure recevra un numéro TVA intracommunautaire qui lui permettra d’exercer sur tout le territoire de l’union.
Les destinations telles que le Delaware ou le Wyoming aux USA sont intéressantes, si l’entreprise cible une clientèle américaine ou anglophone. Les impôts sur les sociétés y sont très faibles. Le système économique est plus flexible et, donc, plus attractif.

Les investisseurs qui souhaitent œuvrer dans le commerce de produits de haute technologie ou dans le trading pourront privilégier les zones asiatiques (Singapour, Hong Kong, Dubaï). En revanche, pour des activités axées sur la relation client ou le traitement de données, l’idéal est de s’implanter dans les îles paradisiaques (Seychelles, îles Maurice ou autres).

Bien connaître les avantages

Créer une société offshore, c’est avant tout réussir à optimiser sa fiscalité en réduisant le montant de ses impôts. En général, aucune taxe n’est prélevée sur les bénéfices pour les structures non-résidentes enregistrées dans le paradis fiscal. Ensuite, il y a la réduction des frais de gestion.
Puisqu’aucune exigence comptable n’est soumise aux entreprises, les professionnels peuvent gérer librement les activités. Pour finir, l’anonymat grâce au secret bancaire et les dispositifs de protection des actifs sont d’autres avantages à ne pas oublier.
Créer sa société offshore c’est aussi pénétrer un nouveau marché et s’ouvrir sur le monde en s’internationalisant. Que ce soit en termes de partenaires, fournisseurs, sous-traitants ou clients ; votre entreprise n’en sera qu’améliorée.